Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feuilletez cet ouvrage

Pour découvrir le premier chapitre... un clic sur la couverture !

Recherche

Archives

21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 14:06

   Le climat s’alourdit d’autant plus au-dessus des ruchers français que l’insecticide Régent TS (fipronil), dont les apiculteurs espéraient être débarrassé, est en passe d’être réhabilité par  les autorités sanitaires et judiciaires. En 2007, au cours d’un réexamen automatique et sur la foi de nouveaux résultats apportés par la firme BASF Agro qui le commercialise, les experts de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ont assuré que le fipronil ne présente pas de danger significatif pour l’environnement.

jpg maya-regent-0c855

                                                               Maya flippée nous fait quand même sourire... © Ray Clid / Backchich Info

   Le 30 janvier 2009, c’est au tour de la juge d'instruction de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) de rendre un non-lieu au bénéfice de Bayer et BASF Agro, propriétaires successifs du fipronil, dans la plainte engagée sept ans auparavant par des syndicats apicoles. Et cela après moult rebondissements ayant conduit à sa suspension du territoire en 2004.

   Le 1er avril prochain, la Cour d’Appel de Toulouse dira alors si le recours introduit par les mêmes syndicats contre ce non-lieu est recevable ou pas. Ainsi, au terme d’une longue guérilla judiciaire, la Cour d’Appel pourrait fort bien donner le feu vert qui manque à BASF Agro pour permettre le retour du Régent TS dans nos champs... Pour 2012, comme me le laissait entendre son directeur de l’Environnement Jean-Marc Petat, « si le dialogue est rétabli avec la profession » ?

massacre-abeilleCette affiche a fait la "une" des manifestations anti-pesticides en France

   Rien n’est moins sûr, à entendre les syndicats : « Il a fallu trois juges d'instruction pour que la dernière reprenne les arguments de BASF, qui conteste le lien entre l'intoxication au fipronil et la mortalité des abeilles », fulminait Jean Sabeng de la Confédération paysanne le 29 octobre dernier à l’AFP. Et son collègue Jean-Marie Sirvins, vice-président de l’Union nationale des apiculteurs de France (Unaf) d’ajouter dans la foulée : « Si nous perdons, on n'en restera pas là, on fera tout pour rouvrir le dossier ». L’affrontement est d’autant plus prévisible que l’industriel n’entend pas céder : « Les accusations ne tiennent pas, rétorquait dans cette même dépêche d’agence Jean-Marc Petat de BASF. Il n'y a plus de Régent depuis 2004 dans les champs, mais les abeilles continuent de mourir... Il faut accepter la réalité pour trouver les vraies causes de surmortalité et se mobiliser ensemble ».

 

----------------

2 septembre 2010 : La cour d'appel de Toulouse a confirmé le non-lieu rendu le 30 janvier 2009 au bénéfice de Bayer et BASF dans l'affaire du pesticide Régent, accusé de provoquer une surmortalité des abeilles. La Confédération paysanne, l’un des deux plaignants avec l’UNAF, a annoncé qu'elle se pourvoirait en cassation contre la décision de la cour d'appel.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Tardieu - dans Déclin des abeilles
commenter cet article

commentaires

Liens