Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feuilletez cet ouvrage

Pour découvrir le premier chapitre... un clic sur la couverture !

Recherche

Archives

16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 08:00
Une première évaluation trop... riche ?

   Premier rapport d’étape après deux années et demie de recherche, le document publié fin juin par le Groupe de travail américain sur le  CCD (Colony collapse disorder ou syndrome d’effondrement de colonie) est riche d’enseignements [1]. Un peu trop pour pouvoir y voir clair ? C’est sans doute ce que se diront les éleveurs d’abeilles américains.

 

   À l’instar de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) qui, à la fin de l’année dernière, listait pas moins d’une quarantaine de facteurs à risque pour l'abeille d’élevage (dont 29 agents pathogènes divers et variés) [2], ce rapport américain atteste de la grande diversité des facteurs éprouvant la santé des colonies mellifères. Il reflète également l’étendue des questions traitées par les équipes ayant participé au groupe de travail sur le CCD – issues de vingt-deux universités et quatre laboratoires spécialisés du Département d’État à l’Agriculture (USDA).

 

   Limite de l’exercice : une absence regrettable de synthèse et surtout d’une hiérarchisation des facteurs menaçant les colonies américaines. Après plusieurs années consécutives de sinistres apicoles, on pouvait pourtant espérer que l’horizon des ruchers occidentaux soit un peu plus dégagé. Et cela d’autant plus que certaines équipes américaines esquissent depuis des mois, comme nous le montrons dans  L’étrange silence des abeilles, plusieurs scénarios d’effondrement des colonies à partir des données récoltées. Rien de tel ne transparaît au fil de ces 45 pages de rapport. Pas plus d’ailleurs que dans les 155 pages publiées par l’Afssa, si ce n’est leur insistance sur les dégâts causés par l’acarien Varroa destructor et le manque de soins appropriés apportés par les apiculteurs.


L'apiculteur David Hackenberg de Pennsylvanie, véritable "lanceur d'alerte" sur le CCD aux États-Unis © David Yellen

 

   Excès de prudence ? Désaccord entre les équipes participant à ce Plan d’action contre le CCD ? Absence de certitude ? Les apiculteurs et leurs protégées devront en tout cas patienter avant de connaître quelles mesures ils pourront mettre en œuvre pour sortir de ce long cauchemar.


Cliquez sur l'icône pour télécharger ce rapport (en anglais).



Hiver 2008/2009 moins dramatique que les précédents
Le nouveau relevé effectué aux États-Unis par les inspecteurs apicoles américains (AIA) indique que les pertes totales de colonies entre septembre 2008 et avril 2009 ont été en moyenne de 28,6 % [3]. Contre 35,8 % durant l’hiver 2007-2008 et 31,8 % l’hiver 2006-2007, selon deux enquêtes similaires. Ces données intègrent non seulement les effondrements décrits plus hauts (CCD), mais aussi des mortalités et des affaiblissements sévères dus à divers pathogènes [4]. « Cette diminution des pertes totales est encourageante, mais leur taux demeure tout de même insoutenable pour une apiculture commerciale, commentent les chercheurs de l’USDA qui ont analysé ces données. D’autant plus que la perte moyenne par rucher est passée de 31% en 2007-2008 à 34,2% cet hiver 2008-/2009. » Apis mellifera est loin donc d’être tirée d’affaire...

On attend avec la même appréhension les résultats d’une enquête similaire faite en France, à l’échelle nationale, par le Centre national du développement apicole français (CNDA).

Réponse le 15 septembre à Montpellier.

 

LA SUITE...

(2) UNE MEILLEURE DESCRIPTION DES ÉPISODES D'EFFONDREMENT
(3) LA CULPABILITÉ DES VIRUS RELANCÉE ?ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC MAY BERENBAUM SUR SA NOUVELLE DÉCOUVERTE CONCERNANT LES VIRUS...
(4)  LE RÔLE DU MICRO CHAMPIGNON NOSEMA CERANAE DEMEURE INCERTAIN
(5) L’ACARIEN VARROA DESTRUCTOR N'EST PAS LE TUEUR UNIQUE.
(6) DES RÉSIDUS DE PESTICIDES AUSSI NOMBREUX QUE VARIÉS.
(7) COMBINAISONS EXPLOSIVES !
(8) DES  CARENCES NUTRITIONNELLES INQUIÉTANTES.
(9) UN MARQUEUR DU CCD BIEN ÉTONNANT !


[1] CCD Steering Committee, “Colony Collapse Disorder”. Progress Report. June 2009.

[2] Afssa, “Mortalités, effondrements et affaiblissements des colonies d’abeilles”, novembre 2008.

[3] Dennis vanEngelsdorp, Jerry Hayes et Jeff Pettis, “Preliminary Results: A Survey of Honey Bee Colonies Losses in the U.S. Between September 2008 and April 2009.” Note du 19 mai 2009.  Cette enquête a été menée par téléphone auprès de 20 % des exploitants du pays par les Inspecteurs apicoles américains (AIA).
Cliquez sur l'icône pour télécharger cette enquête (en anglais).

[4] Au total 15 % de toutes les colonies détruites présentaient les symptômes du CCD (disparition des ouvrières et maintien de la reine et des provisions du miel, ainsi que du couvain), contre 60 % des pertes rapportées l’hiver précédent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Tardieu - dans Déclin des abeilles
commenter cet article

commentaires

Liens