Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feuilletez cet ouvrage

Pour découvrir le premier chapitre... un clic sur la couverture !

Recherche

Archives

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 11:00

Grain de pollen.jpg   Coup double pour l’INRA d’Avignon ! Et pour Cédric Alaux en particulier, un tout jeune chercheur décidément brillant, en post-doctorat dans ce centre, qui est le principal auteur de ces deux études. En effet, en plus des preuves apportées sur l’impact d’une combinaison délétère de deux agresseurs chez l’abeille, l’équipe d’Avignon vient de démontrer dans une étude publiée ce 20 janvier l’importance des qualités de pollen sur la santé des hyménoptères[1]. « Nous nous sommes rendus compte, au cours de nombreux tests avec six préparations de pollen, qu’il vaut mieux donner aux abeilles des pollens polyfloraux (issus de différentes espèces végétales) que monofloraux (d’une seule espèce). Et cela même lorsque le pollen monofloral est plus riche en protéines. », résume Yves Le Conte de l’INRA d’Avignon. Ce qui revient à dire que la clé d’une bonne santé pour l’insecte n’est pas la quantité de pollen (et de protéines associées), mais bien sa diversité !

   Évident ? Peut-être. Encore fallait-il le démontrer. Et cette étude étaye deux affirmations pas toujours bien établies, du moins pour l’abeille. D’une part que l’impact des monocultures florales réduit la qualité du bol alimentaire de nos chères butineuses. D’autre part qu’il faut toujours privilégier une source diversifiée de micronutriments. Car au-delà des protéines essentielles pour la résistance des abeilles aux maladies, les pollens offrent aussi quantité d’acides aminés (protides), d’amidon (glucides), de lipides (en particulier des stérols), de vitamines (A, D, E et K, l’acide folique et la biotine) et d’éléments minéraux.

 Premières abeilles sur romarin.jpg

                                 Un bourdon sur les premières fleurs de romarin dans la garrigue héraultaise © V. Tardieu

   « Consommez donc cinq fleurs différentes par jour !» Voilà le nouveau précepte alimentaire qu’il va falloir placarder sur chaque ruche de France. Car les chercheurs d’Avignon se sont aperçus qu’une diversité florale favorise nettement la sécrétion du principal marqueur d’immunité sociale (la gluco-oxydase, essentielle pour aseptiser les nourritures stockées dans la ruche).

   Pour les autres marqueurs immunitaires, cette fois individuels, telle la concentration des hémocytes (phagocytant et encapsulant les parasites qui envahissent le corps de l’abeille), des corps gras ou l’activité phenoloxidase, l’impact est moins net. « On observe néanmoins un léger effet au niveau des corps gras, qui sont des tissus situés dans l'abdomen des abeilles », me précise Cédric Alaux. Leur rôle ? « C’est dans ces tissus que sont généralement produits les peptides antimicrobiens, l'hormone vitelleogénine (jouant un rôle clé dans la longévité) et où sont stockés les réserves énergétique et protéininiques. Et il semble que la diversité en protéines alimentaires, par les pollens, favorise un meilleur développement de ces tissus. Une expérience réalisée sur l'alimentation des larves de bourdons a montré des résultats similaires[2]. Les larves nourries avec plusieurs pollens étaient en effet plus grosses que celles ayant été nourries avec un seul pollen »

   Ainsi, en composant un bouquet pollinique plus ou moins riche en protéines et autres micronutriments, l’abeille parvient à satisfaire l’essentiel de ses besoins biologiques et immunitaires. Tout comme nous avec une alimentation diversifiée, c’est-à-dire équilibrée ! À noter, au passage, que la quantité de pollen consommée par abeille et par jour, durant ces dix jours d’expérience, fut à peu près équivalente.

 

24938855 348bf2e127

                                                                                                                                                                 © Stéphanie Booth

Fleurir les bords de route

   Est-ce que la constitution de friches apicoles, dans les zones de grandes cultures, à dominante monoflorale, constitue la solution d’avenir pour obtenir une diète équilibrée ? LA solution ? Sans doute pas. L’une d’elle, certainement. C'est surtout l’enrichissement du paysage agricole partout en France d’éléments semi-naturels (haies, bosquets, friches de bordure..), riches en diversité floristique, qui demeure la clé de cette alimentation diversifiée.

   Dernier effet en tout cas du Grenelle de l’Environnement, l’annonce faite la semaine dernière par les ministères de l’Écologie et des Transports de semer des graines de plantes mellifères dès le printemps prochain le long des routes de France. « Les bords de route, chemins, talus et fossés, représentent plus de 500.000 hectares en France (soit 47 villes comme Paris). » rappelle le Réseau Biodiversité pour les abeilles, à l’origine de cette mesure et qui milite depuis quatre ans pour la multiplication des friches mellifères partout dans le paysage.

   Les ministères s’engagent pour le moment sur une zone test de 250 km de routes nationales dans les régions du nord, du nord-ouest, du sud-ouest, du massif central et de l’Atlantique. Puis, si au bout de trois ans le bilan est jugé positif par le Réseau Biodiversité pour les abeilles, l’expérience sera étendue le long de 12 000 km d’axes routiers. Un fauchage tardif dans la saison sera également expérimenté aux bords de ces routes afin de laisser se développer une pleine floraison. « Je me demande bien si ça sera efficace ça, s’interroge, dubitatif, Yves Le Conte : si c’est pour que les abeilles finissent écrasées sur le pare-brise des voitures en cherchant à rejoindre l’autre bord... »

Floraison massive de grande marguerite, fin mai, au bord d'une autoroute                                                     Floraison massive de grande marguerite, fin mai, au bord d'une autoroute © UCL  

   Cohérence... pour tous !

   Plus critique, l’Union Nationale de l’Apiculture Française pointe l’incohérence des politiques actuelles : « ré-autoriser le Cruiser[3] au cours de l’Année Internationale de la Biodiversité et dans le même temps engager une action de communication sur “ le fleurissement des accotements routiers” s’avèrent contradictoires » souligne Henri Clément. Peut-être. De même, l'on peut légitimement s'interroger sur le fait de savoir si les bords de route, plutôt pollués, constituent vraiment la priorité des espaces anthropisés à remettre en "fleurs"... Cela ne me saute pas aux yeux ! Pour autant, ces jachères de bord de route n’ont-elles aucun intérêt pour l'abeille ? « L’UNAF demande une véritable réorientation de l’agriculture afin qu’à une vaste échelle, des cultures mellifères également pertinentes pour le monde agricole (sainfoin, trèfle, luzerne) soient semées. Alors que la France préfère importer des quantités colossales de tourteaux d’Amérique du Sud pour alimenter le bétail. » Et accepte de réduire considérablement ses cultures de luzerne au profit de l’importation de tourteaux de soja américain.

   À l’appui de ce souci de cohérence tout à fait salutaire, on espère entendre désormais plus souvent l’UNAF  défendre les jachères fleuries en milieu agricole et s’opposer plus fermement aux politiques d’intensivité agricole défendues par les syndicats agricoles majoritaires avec lesquels ils ont longtemps été liés[4]...

 



[1] Alaux C. et al (2010) Diet effects on honeybee immunocompetence, Biology Letters.
Cliquez sur l'icône pour télécharger cette étude. .

[2] Tasei, J. N. & Aupinel, P. (2008) Nutritive value of 15 single pollens and pollen mixes tested on larvae produced by bumblebee workers (Bombus terrestris, Hymenoptera: Apidae). Apidologie 39, 397–409.

[3] Le ministre Bruno Le Maire vient de proroger, très discrètement, d’une année supplémentaire ce pesticide protégeant les semences de maïs après deux ans d’observation. Malgré la forte hostilité des mouvements apicoles, ce suivi n’a pas montré d’effet nocif évident sur les colonies d’abeilles. Mais l’évidence, on le sait à présent en matière d’impact des pesticides, est une notion à manier avec circonspection... Disons qu’au regard des études de l’Afssa et des observations de terrain, le Cruiser ne semble pas entraîner de mortalité massive et brutale des colonies.  D’où l’avancée hésitante du Ministre.

[4] Cette critique nouvelle de l’UNAF serait-elle liée au fait que la FNSEA vient très récemment de faire du petit SPMF (le Syndicat des producteurs de miel de France), concurrent de l’UNAF, sa branche apicole officielle ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Tardieu - dans Espace rural et pollinisateurs
commenter cet article

commentaires

CosmicRays 22/10/2010 19:52


L’article ne « se concentre pas uniquement sur le taux de protéines », et ce n’était pas « le seul paramètre étudié » puisque « les paramètres mesurés… » (cf. le commentaire n°2).
Plus sérieusement, dans tous les histogrammes de cet article, l’effet des pollens polyfloraux (sur l’expression de marqueurs indirects de l’immuno-compétence) est comparé avec celui des pollens
polyfloraux. En effet, pour pouvoir affirmer que les pollens polyfloraux sont avantageux sur les monofloraux, il faut bien comparer ceux-ci avec ceux-là. D’ailleurs, dans le résumé de l’article on
peut lire : « polyfloral diets induced higher GOX activity compared with monofloral diets ». Or, plusieurs pollens monofloraux n’ont pas été testés (cf. mon commentaire n°1). J’en reviens donc à ma
conclusion que ces expériences ne permettent pas de mettre en évidence un quelconque effet bénéfique des pollens polyfloraux.

Imaginons l’expérience hypothétique suivante de nutrition humaine. Le but de cette expérience serait de tester l’hypothèse d’un effet bénéfique (sur un phénomène physiologique quelconque) d’un
mélange de jus de fruits, comparé aux jus de fruits qui le composent, mais pris individuellement.
Le jus « polyfruits » contient un mélange de jus de pamplemousse, de jus de pomme et de jus de poire. Les trois contrôles « monofruits» sont le jus de pamplemousse, un jus de fraise et un jus de
framboise. Pensez-vous qu’il y a les bons contrôles expérimentaux permettant de tester l’hypothèse d’un effet avantageux du jus « polyfruits » sur les jus « monofruits» ?


Vincent Tardieu 23/10/2010 00:07



Votre nouvelle remarque, cher CosmicRays anonyme (votre pseudonyme et votre anonymat me font penser, Dieu sait pourquoi, au Concombre masqué, le héros d'un BD de mon enfance...), est
effectivement troublante et l'auteur principal de cette étude Cédric Allaux, travaillant à l'INRA d'Avignon vous invite à un dialogue direct. Comme l'indique le mel que je reçois ce soir et vous
réexpédie en direct - je préfère cette formule plutôt que de publier sur ce blog son adresse mel qu'il ne souhait peut-être pas diffuser. 


Une seule demande : lorsque vous aurez cheminé l'un l'autre dans ce dialogue un peu pointu, mais après tout compréhensible par tous et d'un intérêt qui dépasse peut-être le seul cas du régime
alimentaire des abeilles, auriez-vous la bonté d'éclairer les simples internautes et l'auteur de ce blog ?


D'avance, je vous en remercie !


V.T.



CosmicRays 17/10/2010 09:04


Alaux et al. « Diet effects on honeybee immunocompetence » Biol. lett. (2009) Aug 23;6(4):562-5 doi:10.1098/rsbl.2009.0986


D’après le Tableau 1 de cet article :

Les pollens monofloraux testés proviennent des espèces végétales :

Cistus
Taraxacum
Castanea
Quercus

Les pollens polyfloraux testés proviennent des espèces :

Acer+Salix+Erica+Cistus+Castanea
ou
Acer+Salix+Quercus+Taraxacum+Cistus


Questions :

Quel est l’effet (sur les marqueurs de l’immunité) des pollens monofloraux provenant des espèces Acer, Salix ou Erica ? Autrement dit, qu’est-ce qui permet d’affirmer que l’effet « bénéfique »
observé avec les pollens polyfloraux n’est pas dû uniquement à un seul de ces trois pollens ?

Pourquoi les auteurs n’ont pas testé un pollen polyfloral contenant uniquement Cistus+Taraxacum+Castanea+Quercus (les quatre pollens qui ont été testés en « monofloral »)?

L’absence de ces contrôles expérimentaux essentiels ne permet pas de conclure à un quelconque effet bénéfique des pollens polyfloraux.


Vincent Tardieu 21/10/2010 14:55



Bonjour, j'ai mis un peu de temps à vous répondre car j'ai préféré demander directement à l'auteur de le faire afin que cela soit plus efficace et précis... Voici sa réponse qui me parvient ce
matin même.


Merci en tout cas pour vos commentaires et votre intérêt porté à ce blog.


V.T.


21 octobre 2010 10:13:13


Bonjour,


Le papier se concentre uniquement sur le taux de protéines.


C'était le seul paramètre que nous avons étudiés.


Il n'y a pas eu de différence sur les paramètres mesurés chez les abeilles nourries avec des pollens contenant des taux de protéines différents.


Losrque l'on mélange des pollens pour avoir une variabilité proteinique mais avec une même teneur en protéine que les autre diètes, on a eu des différences.


Et cela meme si le taux de proteines était plus faible dans le mélange par rapport au régime monofloral.


Une étude similaire sur le bourdon avec un mélange d'une dizaine de pollen avec des teneurs en proteines plus faibles a donné des larves plus grosses qu'avec des pollens monofloraux contenant des
teneurs en proteines plus élevés.


On ne conclut que sur la teneur en protéines.


Et comme l'on a vu qu'il n'y avait pas de difference en ce qui concerne ce paramètre, on a fait les mélanges à teneur égale et regardé l'effet.


Dans le papier, on ne parle que de protéines, mais effectivement il se peut que d'autres nutriments (lipides, acides aminés...) du pollen soient intervenus.


Quant au mélange Cistus+Taraxacum+Castanea+Quercus, il était impossible à faire pour avoir des teneurs en proteines égales à chaque pollen individuel.


Cédric Alaux



Liens